Cut-away model of an absorption silencer

Modèle en coupe d’un
silencieux à absorption


Cut-away model of a baffled silencer

Modèle en coupe d’un
silencieux à réflexion


Cut-away model of a combination silencer

Modèle en coupe d’un
silencieux combiné

ABSORBER LE SON.
RÉFLÉCHIR LE SON.

Par principe, deux possibilités sont offertes pour amortir le bruit des gaz d’échappement : l’absorption et la réflexion du son. Trois types de construction se sont développés à partir de là.

Silencieux à absorption

Le plus ancien système d’atténuation du son, encore utilisé aujourd’hui, absorbe le bruit à l’aide d’une laine absorbante (laine de basalte ou de verre). Là, l’énergie acoustique est transformée en chaleur par frottement sur les isolants sonores.

En raison de l’effet calorifuge des matériaux isolants, le silencieux reste relativement froid et favorise ainsi la formation de condensats agressifs. Pour cette raison, les silencieux arrière ne devraient pas être construits selon le principe de l’absorption.

Silencieux à réflexion

Dans ce type de silencieux, les réflexions sur les parois interceptent les ondes sonores. Le plus long séjour dans le corps du silencieux et l’interaction avec des tubes et des éléments d’étranglement perforés créent un flux de gaz d’échappement amorti

Les silencieux à réflexion ont certes le « son sous contrôle », mais du fait de leur construction, la plupart d’entre eux laissent se former des zones de retenue dans lesquelles du condensat peut s’accumuler. De plus, des conditions d’écoulement défavorables ont pour conséquence que ce condensat ne s’évapore que sous des températures élevées

Silencieux combiné

Cette variante de silencieux met à profit les propriétés d’atténuation des deux systèmes.

Mais en plus des propriétés positives, les inconvénients spécifiques des principes de l’absorption et de la réflexion sont également combinés ici.